Kouji Seo

0

Et de trois ! Après Suzuka et A town where you live, c’est au tour de Fûka d’être adapté en série animée ! L’occasion ou jamais de revenir sur la réussite de Kouji Seo, un mangaka tout en discrétion.

Né en 1974 dans la préfecture de Hiroshima, l’enfant se passionne pour le manga grâce à la lecture de Doraemon, puis pour le sport dans ses années lycée, durant lesquelles il participe au club d’athlétisme. Kôji Seo a tout juste 22 ans quand son histoire courte Half & Half remporte le concours des jeunes talents de Kodansha. Dès sa première série dans le Shônen Magazine en 2002, le mangaka dévoile ses thèmes de prédilection, amour teinté d’érotisme et sport.

fuukaAprès le basket-ball de Cross Over, c’est l’athlétisme qui est au cœur de Suzuka, premier succès populaire de l’auteur. La comédie romantique publiée chez Pika s’étale sur 18 tomes entre 2004 et 2007, et donne naissance à une série animée en 2005. Hélas, ses 26 épisodes ne couvrent que la moitié du manga original, laissant un goût d’inachevé aux amours contrariées d’une jeune sauteuse en hauteur.

Kouji Seo enchaîne dès 2008 avec la cohabitation forcée de deux lycéens, lui rat des champs, elle souris des villes descendue à la campagne pour trois ans. A town where you live, également chez Pika, fait vibrer la corde romantique des Japonais pendant six ans et 27 volumes. De quoi regretter la brièveté de son adaptation animée, seulement douze épisodes diffusés en 2013.

En parallèle, le mangaka trouve le temps de publier d’autres travaux dans le magazine mensuel de son éditeur Kodansha, Bessatsu Shônen Magazine, comme une adaptation du dating sim à succès Love+ ou une reprise plus aboutie de son œuvre de jeunesse, Half & Half. On en vient à se demander où il trouve le temps de dessiner Princess Lucia, défouloir heroic-fantasy publié chez un autre éditeur, Mag Garden, de 2009 à 2015.

Mais depuis 2014, c’est sa nouvelle série Fûka qui est au centre de toutes les attentions. Seo y raconte à nouveau des amours adolescentes, au sein d’un groupe de musique cette fois. Du pain bénit pour l’industrie de l’animation, qui a connu ses plus gros succès avec des séries comme Nana ou K-ON. C’est le studio Diomedea qui produit l’adaptation de Fûka, prévue pour janvier 2017, alors que le manga est toujours en cours. Espérons que, cette fois, elle puisse en couvrir l’intégralité et rendre honneur au travail d’un mangaka encore méconnu malgré ses succès accomplis.

 

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Ecrire un commentaire