Personnalité de la semaine : Megumi Hayashibara

0

Trônant au panthéon des comédiens de doublage japonais depuis les années 90, Megumi Hayashibara aligne une impressionnante carrière. Il lui restait cependant au moins un rêve à accomplir : un concert solo.

 

Née le 30 mars 1967, Megumi Hayashibara est une élève dynamique impliquée dans de nombreux clubs : badminton, anglais mais aussi radio et théâtre, les deux mamelles du métier de doubleur. Le jour où elle poste sa demande d’inscription en école d’infirmière, elle tombe sur une annonce pour des auditions de seiyuu. La jeune femme est retenue, et entame sa carrière vocale en 1986 avec des petits rôles dans Maison Ikkoku (Juliette, je t’aime) en parallèle de ses études.

hayashibara2C’est à nouveau grâce à un manga de Rumiko Takahashi qu’elle devient célèbre, en décrochant la voix féminine de Ranma dans Ranma ½ ! L’alchimie avec Kappei Yamaguchi (voix masculine du héros) est instantanée et propulse le duo de comédiens débutants sur le devant de la scène. Incontournable dans les années 90, Megumi Hayashibara incarne des personnages mythiques : Ai (Video Girl Ai), Rei Ayanami (Evangelion), Lina Inverse (Slayers), Faye Valentine (Cowboy Bebop), Jessie de la Team Rocket (Pokémon), Ai Habara (Detective Conan)…

Polyvalente, Hayashibara interprète également de nombreux génériques pour les séries auxquelles elle participe, comme ceux de Love Hina, Shaman King ou, plus récemment, Le Rakugo ou la vie, taillés sur mesure pour la comédienne par Shiina Ringo. Si Megumi Hayashibara a souvent chanté ces titres dans des événements collectifs à l’occasion de festivals, elle n’avait encore jamais tenu de concert solo en trente ans de carrière ! L’oubli sera réparé le 11 juin au Nakano Sun Plaza de Tokyo, pour un événement de double importance : la star y enregistrera également le 1300e épisode de son émission radio « Hayashibara Megumi no Tokyo Boogie Night », débutée en 1992. Une passion d’enfance qu’elle n’aura jamais abandonnée…

 

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire