Personnalité de la semaine : Daisuke Satô

0

Majoritairement connu des fans de manga pour Highschool of the Dead, le scénariste s’était distingué sur de nombreux autres supports jusqu’à ce que la mort le fauche, à tout juste 52 ans.

 

Infiltrer une dose de surnaturel dans la réalité, tel était le mot d’ordre de Daisuke Satô. Ses romans revisitaient ainsi les figures historiques du Japon (le cycle Nobunaga), un pays qu’il imaginait également divisé en deux comme la Corée (Seito) ou luttant contre l’Allemagne nazie pendant la guerre 39-45 (Red Sun Black Cross). Adapté en jeu vidéo, ce dernier avait également permis à l’auteur de s’épanouir sur ce support, avec des jeux de guerre établis dans des contrées lointaines de l’archipel (Return to Europa, War in Vietnam).

Satou1Cet amour de la politique-fiction se retrouve dans son premier manga en tant que scénariste, Kôkôku no Shugosha : pour lutter contre l’invasion barbare du Royaume-Uni, les pays européens développent des unités militaires d’élite équipées… de tigres à dents de sabre ! Cette collaboration de 2004 avec la dessinatrice Yû Itoh l’incite à retenter l’expérience, mais en famille cette fois.

Depuis 2010, c’est avec son frère cadet Shôji Satô qu’il lance Highschool of the Dead, série qui condense les marottes des deux frangins : les conséquences concrètes d’une invasion de zombies pour le plus vieux, des pépettes sculpturales pour le plus jeune, issu du hentai. Adulée à travers le monde, le titre ne connaîtra probablement jamais de fin : le scénariste est décédé d’une maladie coronarienne le 22 mars.

 

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Ecrire un commentaire