Personnalité de la semaine : Shunji Iwai

0

La majorité des professionnels de l’animation japonaise consacrent leur vie à ce media. Pourtant, il s’ouvre également à des artistes curieux et touche-à-tout, comme Shunji Iwai.

 

Né en 1963, Iwai n’attend pas ses 30 ans pour réaliser ses premiers drama, tournés vers l’horreur à ses débuts. En 1993, il obtient la consécration critique avec Uchiage Hanabi, Shita Kara Miru ka? Yoko Kara Miru ka?, ou l’évolution des relations d’un groupe d’adolescents le temps d’un été à se demander si les feux d’artifice sont plus jolis vus du sol ou en hauteur. Dès son premier long métrage en 1995, Love Letter, le réalisateur reçoit les louanges de la critique et du public.

Iwai02En 2001, il révèle le talent de la comédienne Yû Aoi dans All about Lily Choo-choo. Avec Anne Suzuki, la jeune fille incarne un duo récurrent dans des publicités pour Kit-Kat tournées par le réalisateur, Hana et Alice voient leur histoire devenir en 2004 un long métrage scénarisé, réalisé et produit par Iwai qui s’occupe également de la musique ! Le succès est tel que l’idée d’un prequel commence à germer. Mais comment tourner un film avec des héroïnes désormais jeunes femmes alors que leurs personnages sont supposés plus jeunes ? Grâce à l’animation ! Avec Hana & Alice mènent l’enquête, en 2015, Iwai met pour la première fois de sa carrière un dessin animé.

Le joli score du film a convaincu les producteurs : les portraits doux-amers de la jeunesse contemporaine dressés par Iwai se marient parfaitement à l’animation. Le 20 août sortait dans les cinémas nippons l’adaptation de Uchiage Hanabi, Shita Kara Miru ka? Yoko Kara Miru ka? par le studio SHAFT, qui s’est classé troisième au box-office à la fin de la journée. Après Hana & Alice, la France continuera-t-elle de surfer sur la vague Iwai en proposant de nouveau film dans les salles obscures ? Réponse d’ici quelques mois…

 

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire