Le recueil La Virginité passé 30 ans, souffrances et désirs au quotidien, chez Akata

0

Akata nous sort encore un titre de derrière les fagots. La Virginité passé 30 ans, souffrances et désirs au quotidien sera un titre à découvrir le 22 mars prochain. Notez que le manga -traduit par Aurélien Estager– sera proposé en grand format, sans jaquette.

30ans

C’est à Sakurai Toshifumi –voir son compte Twitter– (Ladyboy vs Yakuzas, l’île du désespoir) que nous devons cette oeuvre basée sur le recueil sociologique d’Atsuhiko Nakamura. “Le résultat, c’est un recueil de 8 portraits, réunis en français sous le titre La Virginité passé 30 ans, souffrances et désirs au quotidien. Comme son titre l’indique, ce recueil s’attaque à un sujet bien réel, celui des hommes trentenaires et quadragénaires vierges au Japon, et des dérives que cela engendre.”

virginite-planches

Notez enfin que chaque portrait est accompagné “de textes et parfois de statistiques pour contextualiser les choses“, et Akata précise que “l’ouvrage a fait grand bruit au Japon, et de nombreux débats/conférences ont été organisés autour de sa publication“. Qu’en sera-t-il chez nous ?

Résumé Akata :
“Au Japon, un quart des hommes entre trente et cinquante ans n’aurait jamais eu d’expérience sexuelle, ce qui représente donc plus de 4 millions d’individus… vierges ! Ce sont les vies de huit d’entre eux qui sont mises en scène dans ce manga sociologique. Des vies bien réelles, entre souffrances et désirs, espoir et fierté, honte et humiliations publiques… Avec un regard bizarrement tendre et sans jugement, mais aussi très acerbe sur la société, Sakuraichi nous dévoile leur intimité, dénonçant du même coup toute l’hypocrisie du système. Un système qui use les individus, les tue à petit feu. Malgré des situations humainement inacceptables, les auteurs se refusent à tout compromis, et nous offrent une vision sans fard d’un Japon bien réel. Victimes et bourreaux à la fois, les « puceaux tardifs » décrits dans ce recueil ne sont-ils pas, après tout, que le résultat des dérives d’une société trop déshumanisée ?”

Source : Akata

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Bruno

Défendre les couleurs d'AnimeLand était un rêve. Il ne me reste plus qu'à rencontrer Hiroaki Samura et je pourrai partir tranquille.

Ecrire un commentaire