#TBT : Wolf’s Rain

0

Diffusée il y a quinze ans, Wolf’s Rain démontrait au monde entier les compétences du studio Bones. Rétrospectivement, la série est un parfait étalon de la situation de l’industrie de l’animation nippone au début du 21e siècle.

Sur une Terre futuriste en pleine ère glaciaire, l’humanité s’est regroupée sous les dômes protecteurs de villes éparses… excepté l’aristocratie, bien à l’abri dans ses châteaux et ses aéronefs. Depuis deux siècles, les loups semblent avoir disparu : tant mieux, car selon la légende, si ces animaux trouvent la voie du Paradis, le monde arrivera à sa fin. Pour échapper à l’extinction, certains se sont adaptés en développant un pouvoir de transformation grâce auquel ils ressemblent à des humains. Mené par Kiba, un quatuor de loups métamorphes se met en quête de la « Clé du Paradis », une étrange jeune fille, Cheza…

Né avec le 21e siècle, le studio Bones trouve pour la première fois (malgré RahXephon l’année précédente) un succès à la hauteur de Cowboy Bebop (1998, en collaboration avec Sunrise) avec Wolf’s Rain. Rien d’étonnant quand on voit défiler le générique ! Tensai Okamura (Seven Deadly Sins) se lâche totalement pour sa première réalisation, alternant entre scènes d’action débridées et pauses contemplatives pour savourer la richesse graphique d’un univers « Art Nouveau » portée par Shinji Aramaki (Albator 3D) au mecha-design et Toshihiro Kawamoto (Cowboy Bebop) au chara-design. Rajoutez Yoko Kanno à la musique et l’affaire était dans le sac…

Pourtant, la série souffre en pleine diffusion d’une crise la contraignant à produire en urgence quatre épisodes récapitulatifs… qui privent Wolf’s Rain d’une réelle fin télévisuelle ! Il faudra que les fans investissent dans quatre OAV début 2004, soit six mois plus tard, pour en connaître la réelle conclusion. Le message est clair pour le futur : les contraintes économiques ont désormais prérogative sur l’aspect artistique. Quitte à tuer dans l’œuf ce qui aurait pu être un chef d’œuvre.

Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Matthieu Pinon

Ecrire un commentaire