Animeland n°197

Special KILL la KILL

0

On commence ce numéro par un dossier consacré au réalisateur Shin’ichirô Watanabe. Alors que Space Dandy est actuellement proposé en simulcast, quel premier bilan peut-on tirer de cet anime rocambolesque ? Nous revenons par la même occasion sur la carrière de Watanabe: de Cowboy Bebop à Kids on the Slope, en passant par Samurai Champloo, l’homme n’a réalisé que des œuvres cultes : décryptage.

Second temps fort de ce magazine, le dossier KILL la KILL. Plus gros succès du simulcast après L’Attaque des Titans, cette œuvre détonante est l’occasion rêvée pour parler de son réalisateur, Hiroyuki Imaishi et du studio qui produit cette petite merveille, Trigger.

Troisième dossier, celui consacré à Katsuhiro Ôtomo : ce réalisateur et mangaka a bouleversé le visage de l’animation japonaise avec Akira. Pourquoi ? Comment ? C’est ce que nous vous expliquons à travers son portrait et une analyse de son long métrage culte.

Enfin, dernier dossier – et pas des moindres – celui consacré à Seven Deadly Sins. Nous sommes persuadés, à AnimeLand, que ce shônen a tout pour devenir en France le nouveau Fairy Tail. Découvrez, dès aujourd’hui, les sept bonnes raisons de le lire et apprenez-en plus sur son mangaka, Nakaba Suzuki, à travers une interview exclusive !

Mais AnimeLand, c’est aussi des reportages (Angoulême), des enquêtes (Quel avenir pour le shôjo ?), une humeur (« Pour un renouveau créatif français ») et une polémique (« Faut-il donner un prix aux mangaka ? »). Encore plus incisif, toujours plus passionné, ce numéro 197 d’AnimeLand vous réserve de longues heures de lecture.

Date de sortie et prix

Disponible dès le 5 mars, l’AnimeLand N°197 propose 116 pages pour 7,95 €. Retrouvez notre revue en librairies, FNAC et Virgin, mais aussi sur notre boutique en ligne (où vous pouvez vous abonner), Amazon et même en téléchargement pour les usagers d’Orange ! Enfin, pour tous ceux qui cherchent notre revue en kiosque, n’hésitez pas à utiliser le site de Trouver la presse : découvrez le point de vente le plus proche de chez vous.

SOMMAIRE

Top & bides

Animation

L’île de Giovanni

Witchcraft Works

Dossier – Shin’ichirô Watanabe

Portrait du réalisateur

Cowboy Bebop

Samurai Champloo

Kids on the Slope

Space Dandy

Catsuka : le mecha-design de Space Dandy

Enquête : Goldorak est-il transgénérationnel ?

Interview de Marco Pagot (Sherlock Holmes)

Dossier KILL la KILL

KILL la KILL

Le studio Trigger

Portrait de Hiroyuki Imaishi (le réalisateur)

Patéma et le monde inversé

Portrait de Yasuhiro Yoshiura (Patéma)

Interview de Reiko Yoshida (scénariste de K-ON !, Bouddha)

Dossier Katsuhiro Ôtomo

Portrait de Katsuhiro Ôtomo (Akira)

Pourquoi Akira a révolutionné notre vision de l’animation

Portrait de voix : Caroline Pascal (Fruits Basket)

Manga

All You Need Is Kill

Dix idées reçues sur le marché du manga

Dossier Seven Deadly Sins

Seven Deadly Sins

Interview de Nakaba Suzuki (le mangaka)

Kongoh Bancho

Ash & Eli

Interview de Mamiya Takizaki (la mangaka de Ash & Eli)

Reportage : Angoulême 2014

Polémique : Faut-il donner un prix au mangaka ?

Dimension W

Enquête : Bilan manga 2013

Enquête : Quel avenir pour le shôjo ?

Humeur : Pour un renouveau créatif français

Portrait de Kaoru Mori (Bride Stories)

Assassination Classroom

Guide

Animathèque DVD & Blu-ray

Animathèque VOD

Mangathèque

Shopping

Insolites

Kultur Pop

Castlevania : Lords of Shadow

Le phénomène steampunk

Artwork : Koki-kun

Pin-up

Agenda

Et aussi

Bon de commande « Évasion culinaire au Japon 2 »

Abonnement : en cadeau, le DVD Bouddha

Bon de commande – Anciens numéros

  • Numéro197
  • Date de sortie2014-03-05 00:00:00
  • Nombre de pages116
  • Prix7.95 €
Parlez-en à vos amis !

A propos de l'auteur

Salut, c'est l'admin.

Pas de commentaire

  1. Décidément et contrairement à ce qu’on aurait pu présager, la nouvelle formule et le nouveau rythme de parution du magazine sont une vraie plus-value pour celui-ci.
    Les articles de ce mois-ci ne m’ont pas particulièrement intéressé, mais c’est une affaire de goûts. Globalement le résultat est très positif si je m’en réfère aux précédents numéros pour le contenu mais à ce dernier également, sur le principe.
    Ma seule réserve concerne les « humeurs » et « polémiques » qui, si les sujets abordés sont intéressants restent trop à la surface des choses et manquent de pertinence. Notamment ce mois-ci, l’article « Faut-il donner un prix aux mangaka ? », sur lequel je souhaiterais revenir.
    Non que je rentre dans le débat, ce qui serait le principe et l’objectif de la polémique mais parce que j’ai trouvé l’article très superficiel et partant, très injuste. L’auteur de cet article est un passionné, très bien, qui défend l’objet de sa passion, très bien, mais en accumulant approximations et faussetés que, personnellement, je ne peux pas laisser passer.
    Il est en effet un peu léger de réduire la question de l’attribution des prix, à la simple critique d’un appareil constitué de « certaines personnes se désignant comme spécialistes de la bande dessinée » dont la méconnaissance du manga est « consternante » et qui refuserait de primer un mangaka au prétexte que ce dernier travaille en studio et donc ne saurait pas dessiner.
    Sous-entendu, un racisme artistique qui « [entérinerait] la BD franco-belge en tant que 9ème art » et relèguerait le manga au rang de « pâme ersatz industriel » « contre l’invasion [duquel] » on chercherait à se défendre.
    Voilà en résumé la teneur de cette polémique que je trouve, paradoxalement, débordant de ce que j’appellerai un « ethno-masochisme artistique » à la faveur du manga.
    Que penser en effet de l’affirmation selon laquelle « Rembrandt [serait] à dénigrer comme simple « exploiteur de nègres » ?! Là, le bouchon est poussé un peu loin et relève d’une méconnaissance caricaturale de la peinture.
    Que veut dire également la dernière phrase « justifier la différence de tarif entre un dessinateur français et japonais » ? Si vous pensez au prix que Ki-oon paie ses auteurs japonais (que je ne connais pas), ce peut être justifié par le fait qu’il y a moins de cases par planche, pas de couleur etc. et qu’ils se rattrapent sur la quantité de pages.
    Sinon je ne vois pas de quoi il s’agit.
    Les choses sont quand même plus complexes que cela.

    Deux précisions d’abord : je ne lis moi-même que du manga en ce qui concerne la BD, et je n’accorde aucune valeur aux prix qui peuvent être décernés dans un festival comme celui d’Angoulême, qui n’est en rien représentatif du lectorat BD, qui ne prime que les copains et n’a d’yeux que pour les projets « snobino-bobo » à l’instar du festival de Cannes.

    Première constatation : le manga est reconnu en France et les mangaka en tant qu’artistes, donc, ne serait-ce qu’au vu des nombreuses expositions, invitations, dont ils font l’objet, au salon du livre notamment. C'est déjà un bon point.
    Deuxièmement : je ne crois pas que le fait de travailler en studio soit l’argument décisif pour leur refuser un prix, même si celui-ci n’est pas injustifié.

    En effet, vous prenez comme exemple des auteurs comme Hergé, Greg etc. qui se seraient entourés d’assistants. D’abord les exemples que vous prenez sont anciens pour la plupart et n’ont quasiment plus cours aujourd’hui.
    Ensuite quelle était la part de travail réel de ces assistants ? Comme vous le dites vous-mêmes, il s’agit d’une époque où la BD ne s’enseignait pas et où l’on apprenait sur le tas auprès d’un maître, comme les peintres d’antan, pour revenir à Rembrandt.
    Les peintres étaient entourés non d’ « assistants » mais d’ « apprentis », ce qui change beaucoup de choses. C’est-à dire que, s’ils préparaient la toile, les couleurs et peut-être travaillaient les fonds, ils ne mettaient en aucun cas la main à ce qui fait la substance de la peinture proprement dite et j’en veux pour preuve que ces peintres que vous clouez au pilori sont bien évidemment reconnaissables entre tous par leur travail, tout personnel, sur les lumières, les rapports de couleur et à cette « touche », qui leur est propre et qui permet aux spécialistes de les authentifier aujourd’hui.
    Idem pour la BD. Les traits, les « pattes » d’Hergé, de Pratt, de Jacobs, etc. sont parfaitement identifiables, preuve de leur contrôle sur l’ensemble des étapes de création de leur œuvre.
    On ne peut en dire autant du manga, où le trait de l’assistant est souvent très reconnaissable (personnage secondaires dans City Hunter, décors dans les œuvres d’Adachi par exemple, dont il ne semble pas qu’ils soient de son fait.)
    Un exemple : je suis un grand admirateur du travail d’Asano, dont le résultat visuel est le plus bluffant à mon sens actuellement. Mais ce sentiment doit beaucoup à l’extraordinaire précision, la richesse de ses décors. Qui travaille sur ces derniers ? Si c’est Asano, d’accord il faut lui donner un prix. Si ce n’est pas le cas, ce qui est le plus probable, alors quoi ?
    Au-delà de la qualité de sa narration, si vous lui enlevez ses décors et ses effets de trame (ou d’ordinateur), le seul dessin de ses personnages, « tous nus » pourrais-je dire, suffit-il à lui donner un prix de dessin ? Je ne le pense pas.
    Il y a beaucoup d'artifice dans le manga et cela fausse le jugement.

    Bien sûr il y a d’excellents dessinateurs (Otomo bien sûr, Samura) et de grands artistes dans le manga, nul ne le nie. Ils sont d’ailleurs plutôt à trouver dans le manga « underground », plus artistique car à vocation moins commerciale (Atsushi Kaneko sur Soil, ou Nananan, par exemple), mais le fait qu’ils aient un style puissant suffit-il ?
    Quelle comparaison avec les grands auteurs de franco-belge (je ne parle que des meilleurs bien sûr comme je ne parle que des meilleurs mangaka)qui font tout dans leur BD, personnage, dessin, décors, couleur ( !) absente du manga et qui s’expriment, au-delà de la perfection technique, dans un style unique et extrêmement varié, résultat d'un grand travail et d'une longue recherche sur sa propre expression artistique.
    On a parlé d’Hergé et Pratt mais que dire du travail d’un Moebius, d’un de la Fuente (le plus grand de tous peut-être par la puissance de ses compositions et la justesse de son dessin), d’un Toppi, d’un Bourgeon, d’un Tardi, d’un Lepage, Lauffray, Rosinski, Bourgeon, Juillard, ou Ledroit (tomes 1 de Xoco, juste hallucinant.) pour ne citer qu’eux ?
    Désolé, mais il n’y a rien d’équivalent dans le manga.

    En réalité puisqu’il s’agit bien d’une autre école.
    Sur le style, encore, et la recherche de l'expression artistique. Vous négligez cette dimension inhérente au travail d'un dessinateur de franco-belge et, je pense, totalement inconnue d'un mangaka. Dimension qui, bien évidemment participe de l'attention qu'on accorde au dessin en France et entre en ligne de compte dans l'attribution d'un prix.
    Chacun a son style, naturellement, la recherche d'une "écriture", c'est autre chose.
    Votre interview de Mamiya Takizaki dans ce même numéro nous le confirme : « Ki-oon va se montrer plus pointilleux et plus exigeant sur le dessin […] Au Japon, les réunions s’attardent sur le scénario. Les éditeurs [sont] plus soucieux de la construction des personnages ou des évolutions possibles du script. »
    Historiquement les auteurs de BD franco-belge sortaient des écoles d’Art où l’on apprenait les techniques de dessin et de peinture académiques. D’où cette tradition picturale très forte.
    Le manga est un produit à vocation beaucoup plus commerciale que la franco-belge. La finalité est de capter l’attention du lecteur (via le scénario, le design des personnages, le rythme de parution, etc.)
    C’est sa force et sa faiblesse.

    Car de fait il est beaucoup plus codifié que la franco-belge.
    En terme de dessin, on est quand même globalement dans un registre très proche, d’un auteur à l’autre (la recherche du fameux « kawai », grands yeux, petit nez, petite bouche).
    Ceci m’a été confirmé par un éditeur japonais rencontré il y a quelques années au festival international de Bologne. J’ajoute cette précision juste pour mettre l’accent sur le fait que cette constatation (la codification extrême du manga), que tout le monde peut faire, est le fruit d’une volonté dé-li-bé-rée et non une vue de l’esprit d’un sectateur de la franco-belge à la méconnaissance consternante du manga.
    Conséquence de cela: un dessinateur moyen peut être publié au Japon. Les mangaka démarrent parfois leur carrière à 17 ou 18 ans. Ce sont encore des enfants, pardon si j’en choque quelques-uns, mais ils ne peuvent avoir la maturité qu’exige la pratique du dessin et celle nécessaire pour développer leur propre style.

    Dans le manga, et c’est ce qui fait sa grande force et son succès actuel, c’est le scénario qui prime . Et il est enseigné dans les écoles de dessin au Japon (témoignage de Rumiko Takahashi très intéressant dans un vieil Animeland). Pour le coup il n’y a rien de comparable dans la franco-belge (toujours à quelques exceptions près, évidemment, mais qui restent des exceptions.)

    Toutes ces raisons contribuent, sans que ce soit condamnable à mon sens, à garder une certaine réserve quant à l’attribution de prix du dessin à un auteur de manga, surtout en concurrence avec un auteur de franco-belge. Et ce parce qu’ils ne travaillent pas de la même manière, n’appartiennent pas à la même école, n’ont pas les mêmes conditions de travail.
    Ce n’est pas de l’ostracisme c’est le constat de différences fondamentales qui rend impossible la hiérarchisation.
    Encore qu’en terme de dessin pur (académisme et originalité du trait), un mangaka, si on le compare avec son équivalent en France (bons contre bons, mauvais contre mauvais) sera systématiquement un cran en-dessous si l’on y regarde objectivement.
    Même réserve quant à l’obtention d’un prix du scénario, à cause de la différence de format. Néanmoins si l’on compare deux histoires courtes, japonaises et franco-belges, on ne boxe pas dans la même catégorie et ce, cette fois, à l’avantage du manga.

    C’est pourquoi, et je finirai là-dessus, je ne partage clairement pas votre enthousiasme au sujet du « renouveau créatif français » et des projets de manga « made in France » qui se multiplient.
    Du fait de la codification du manga (et en France elle est même exagérée car n’étant pas le produit de notre culture visuelle, elle est traitée « à la manière de… », donc de façon caricaturale) la franco-belge va perdre de sa richesse et de sa diversité, sans y gagner en qualité d’écriture, l’apprentissage des techniques de scénario étant totalement absent des écoles d’art actuellement, l’importance du scénario étant peu reconnue en France malheureusement depuis une vingtaine d’année, et ce dans tous les secteurs (budgets d’écriture alloués ridicules, au cinéma, pour les séries TV, etc.)
    On obtiendra donc un mix qui relèvera du mauvais manga et de la mauvaise franco-belge, et ce sera triste car ce qui est beau ce sont les vraies différences culturelles assumées, pas les imitations insipides.
    Désolé pour cette longue tartine qui me démangeait. Comme quoi il y avait beaucoup à dire sur le sujet.
    Cordialement.

  2. Citation (Cyril @ 10/03/2014 06:09) < {POST_SNAPBACK}>
    L'article parle des mangas papier parus en France : dès lors, c'est bien Jojo le plus long. Vu son rythme de parution mensuel, Ippo (69 tomes déjà sortis) pourrait bien le dépasser un des ces jours.

    Au Japon, Doraemon compte 45 tomes et a été achevé en 1994. Si on veuit trouver les mangas les plus longs, il faut plutôt chercher du côté de Golgo 13 (167 tomes) ou de Koichikame (188), 2 séries toujours en cours.

    J' avais bien compris qu' on parlait de la version papier. J' étais sur de mon coup comme quoi Doreamon était plus long que ca. Erreur de ma part, j' aurai du prendre plus d' info avant d' écrire dry.gif

    Mais il est vrai que c' est très intéressant de voir aussi les mangas les plus long en France et au Japon. On en a jamais cesser d' en apprendre. Je persiste pour dire que voudrais que cette rubrique continue pour les magazine suivants.

  3. Citation (DD69 @ 02/03/2014 20:26) < {POST_SNAPBACK}>
    Tordons le cou aux idées reçues

    Quelle bonne initiative de votre part ! J' apprend plein de chose, même si pour certain cela n' a rien de nouveau et qu' on sait déjà, je trouve déjà que remettre les point sur les i directement aux fasses idées et des plus excellentes. J' en redemande !
    Une seul chose que je suis pas d' accord : Peut-être que le manga le plus long d' aujourd' hui est Jojo's Bizarre Adventure (tiens je pensai pas qu' il était si long blink.gif ) et j' aurai cru à Detective Conan. Mais en général et toute génération confondu, pour moi c' est incontestablement Doreamon ou on compte plus le nombre de volume et d' épisode animé.


    L'article parle des mangas papier parus en France : dès lors, c'est bien Jojo le plus long. Vu son rythme de parution mensuel, Ippo (69 tomes déjà sortis) pourrait bien le dépasser un des ces jours.

    Au Japon, Doraemon compte 45 tomes et a été achevé en 1994. Si on veuit trouver les mangas les plus longs, il faut plutôt chercher du côté de Golgo 13 (167 tomes) ou de Koichikame (188), 2 séries toujours en cours.

    Bon, sinon, j'ai acheté et fini le magazine. Je l'ai bien apprécié. Je commence quand même par une critique au sujet de l'article sur Kongoh bancho : Jordan Grellet parle d'un titre mélangeant shônen et seinen parce qu'il y a de la violence. Mais la violence, c'est normal dans un shônen de baston : il y en a dans Dragon Ball, Jojo… et dans tous les titres du genre. Ca n'en fait pas des seinen pour autant.

    Pour le reste, j'ai apprécié de trouver des articles et dossiers de fond sur des auteurs et des oeuvres intéressantes, que ce soit en manga ou en anime. Pour le dossier sur Nakaba Suzuki, j'aurais apprécié que l'interview revienne un peu sur l'excellent Kongoh bancho mais l'actualité du moment est bien Seven deadly sins et il y a un article sur le manga à côté ; donc ce n'est pas trop gênant. J'aimerais bien que l'auteur vienne en France un de ces jours.

    Les dossiers sur Watanabe, Kill la Kill, Otomo… sont aussi intéressants. Le changement éditorial a vraiment fait du bien au magazine.

  4. A première vue, il n'y a que les rubriques suivantes qui m'intéressent:
    Enquête : Bilan manga 2013
    Enquête : Quel avenir pour le shôjo ?
    Humeur : Pour un renouveau créatif français
    Portrait de Kaoru Mori (Bride Stories)
    Assassination Classroom
    et peut-être le dossier Kill la kill.
    Je vais attendre de le feuilleter avant de décider si je l'achète.

  5. Bonsoir

    En effet j' ai lu ce qui m' intéressait le plus et je dois dire qu' il était bien intéressant. Voici mes analyses sur le magazine

    Top & Bides

    J' aime bien lire les articles et critiques de nos modérateurs et certains me font rire. Bien entendu dans le bon terme, hein ^^.

    Dossier Watanabe Shin'ichirô

    Fort agréable qu' est la lecture qui bizarrement m' est pas très connu (eh oui) car je reste toujours figé dans les mêmes magakas. Mais certaine de ses œuvres me déplaissent pas, loin de là.Cowboy BebBop est le meilleur. J' espère voir d' autre projet de sa part prochainement.

    Patéma et le monde inversé

    Voilà un film qui ne me laisse pas indifférent. J' aime le bizarre et les choses inversé. Je serai curieux de voir ça de plus près.

    Tordons le cou aux idées reçues

    Quelle bonne initiative de votre part ! J' apprend plein de chose, même si pour certain cela n' a rien de nouveau et qu' on sait déjà, je trouve déjà que remettre les point sur les i directement aux fasses idées et des plus excellentes. J' en redemande !
    Une seul chose que je suis pas d' accord : Peut-être que le manga le plus long d' aujourd' hui est Jojo's Bizarre Adventure (tiens je pensai pas qu' il était si long blink.gif ) et j' aurai cru à Detective Conan. Mais en général et toute génération confondu, pour moi c' est incontestablement Doreamon ou on compte plus le nombre de volume et d' épisode animé.

    Shôjo la fin d' un Eldorado ?

    Bon sang pas ça ! Moi j' aime beaucoup ce genre et si je délaisse un peu pour le yuri car j' aime bien changer comme tout le monde, j' apprécie énormememnt les œuvres et pas mal de titre son entasser dans ma bibliothèque. Bien au contraire, vive les Shôjos ! Faut que ça continue.

    Voilà mon petit résumer mini soit-il mais le principal pour moi. Bonne continuation à toute l' équipe smile.gif

  6. J'ai feuilleté le mag à la bibliothèque. Et bien, vu le contenu et malgré le prix, je crois que c'est le première fois depuis bien longtemps que je vais racheter le mag qui a plein d'articles de fonds et d'interviews sur des auteurs et des oeuvres qui m'intéressent.

Ecrire un commentaire